top of page

À PROPOS DU COMITÉ SPÉCIAL

Le Comité Spécial a été formé pour arrêter le projet de loi 96 du Québec et le projet de loi C-13 & nous continuerons à lutter pour l'égalité linguistique

Le Comité Spécial sur la politique linguistique est une organisation non partisane, à but non lucratif et dirigée par des bénévoles. Formé par des citoyens dévoués, il vise à empêcher l'adoption du projet de loi 96 au Québec et du projet de loi C-13 au Canada.

Notre lutte pour les droits linguistiques garantis par la Constitution canadienne a commencé en juin 2021. En tant que membres de la communauté anglophone du Québec, nous avons constaté être abandonnés par les principaux partis politiques de l'Assemblée législative du Québec et du Parlement fédéral. La croyance que le français était en déclin nécessitant des interventions immédiates, même au détriment des droits et libertés, était répandue, créant des citoyens de seconde zone.

C’est inacceptable et il faut faire quelque chose au niveau local. Personne ne représentait les intérêts des individus concernés par ces lois ; personne ne donnait la parole aux sans-voix. 1,25 million de Québécois anglophones devenaient apatrides; une minorité oubliée qui avait le sentiment de ne pas être la bienvenue dans sa province d'origine.

Nous avons lancé notre site Web www.ProtectOurRights.ca qui deviendra plus tard www.TheTaskForce.ca. Grâce à nos efforts, beaucoup d’autres ont pris conscience du contenu flagrant de ces projets de loi. Pourtant, les gouvernements les ont poussés à travers le processus de consultation et, finalement, le projet de loi 96 a été adopté le 21 mai 2022 par le gouvernement majoritaire de la CAQ au Québec, et le 20 juin 2023, le C-13 a reçu la sanction royale, intégrant le gouvernement du Québec. Charte de la langue française nouvellement amendée dans son préambule.

Les communautés anglophones du Québec

Qu'est-ce que tout cela signifie?

Le projet de loi 96 et l'amendement constitutionnel proposé, qui établit le Québec en tant que nation avec la langue française comme seule langue officielle et commune, conjointement avec le C-13, représentent une restructuration fondamentale de la constitution canadienne, de la politique linguistique et des droits fondamentaux de la personne. libertés.

De toute évidence, les droits linguistiques de la minorité anglophone du Québec sont attaqués, pris comme bouc émissaire sous le prétexte que le français est en déclin et a besoin d'être protégé au détriment des droits, des libertés et du respect de notre contribution à la société. En tant que communauté, nous devons riposter, et c’est ce que nous faisons.

Nos convictions

Le Groupe de travail envisage un Québec linguistiquement tolérant et inclusif où les droits et libertés constitutionnels en matière de représentation politique, d'éducation, de santé, sociaux, judiciaires et autres services gouvernementaux sont garantis par la loi à tous dans les deux langues officielles.

Notre mission

Le Comité Spécial représentera des individus, établira des partenariats avec des organisations et coordonnera des groupes sous-représentés pour plaider pour une société bilingue et s'opposer aux mesures législatives qui :

  • Ignorent ou défient les droits linguistiques inscrits dans la Constitution canadienne et la Charte québécoise des droits et libertés, OU

  • Réduisent ou entravent la vitalité et les services des communautés en raison des restrictions linguistiques.

Notre vision

Nos tactiques

Le Groupe de travail accomplira sa mission à travers :

  • Diffusion de l’information, notes d’orientation et analyses législatives

  • Communiqués de presse, engagement sur les réseaux traditionnels et sociaux

  • Tables rondes, allocutions et création de réseaux

  • Sensibilisation des élus, de la communauté et des leaders d'opinion

  • Événements, pétitions, campagnes et manifestations

  • Contestations judiciaires

Notre devise

NOUS AGISSONS!

Nous voyons de nombreuses personnes rejoignent des groupes Facebook pour discuter et se plaindre de la perte de leurs droits linguistiques. Au Groupe de travail, nous faisons plus que parler. NOUS AGISSONS! Rejoignez-nous, soutenez-nous et faites du bénévolat. Ensemble, en communauté, nous vaincrons !

Étapes importantes franchies

  • Intenté une poursuite devant la Cour supérieure du Québec contre les procureurs généraux du Québec et du Canada pour inconstitutionnalité du projet de loi 96.

  • Déposé une demande d'injonction interlocutoire pour stopper les mesures futures liées au projet de loi 96.

  • Fréquemment interviewé par les médias francophones et anglophones.

  • Publié de nombreux communiqués de presse et articles d'opinion.

  • Organisé, co-organisé et participé à de nombreux rassemblements de protestation contre le projet de loi 96.

  • Permis la collecte d'histoires sur notre site web, donnant une voix aux personnes affectées par le projet de loi 96 et recueillant des preuves pour nos affaires judiciaires.

  • Déposé un mémoire au Comité sénatorial sur le projet de loi C-13.

  • Présenté des mémoires aux audiences du QCGN sur le projet de loi 96.

  • Réalisé une publicité pour contrer la propagande de L'Impératif Français ridiculisant les anglophones du Québec.

Piliers stratégiques, priorités et projets

Se battre au tribunal

Notre principal programme est de « contester le projet de loi 96 en justice ». Nous devons donc nous concentrer sur la collecte de fonds, car sans les dons publics, nos efforts cesseront. Les poursuites judiciaires sont coûteuses: au 30 novembre 2023, nous avions dépensé plus de 100 000 $ en frais juridiques, et nous prévoyons que nos besoins dépasseront 500 000 $.

Profondeur organisationnelle

Nous continuons de grandir et travaillons sur notre infrastructure organisationnelle. Nos prochaines étapes incluent le renforcement de notre conseil d’administration avec des membres éminents pour augmenter notre nombre de membres. Nous recherchons aussi des bénévoles pour des rôles de leadership et améliorons notre infrastructure technique pour soutenir notre travail.

Campagnes de communication

Apparemment, la lutte pour restaurer les droits constitutionnels est perçue comme « politique », et de nombreux groupes préfèrent ne pas s'impliquer ou transmettre notre message, ignorant les effets de l’intolérance et des divisions linguistiques. Nous allons intensifier nos communications médiatiques, utilisant les histoires recueillies dans notre programme Racontez-nous votre histoire, pour promouvoir un Québec inclusif où les droits en matière de représentation politique, d'éducation, de santé, de services sociaux et judiciaires sont garantis dans les deux langues officielles.

Président du Comité Spécial sur la politique linguistique, Andrew Caddell

Notre président, Andrew Caddell, apporte une grande sagesse et expérience politiques pour guider notre vision et mission.

Actif dans la vie publique canadienne depuis cinq décennies, Andrew a été journaliste, conseiller ministériel, fonctionnaire et diplomate.

Il a été conseiller principal pour Affaires mondiales Canada pendant 15 ans et a travaillé avec le solliciteur général du Canada et le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador. Il a rédigé des discours pour des ministres et premiers ministres, notamment Pierre Pettigrew et Paul Martin, et a contribué à la politique du Canada aux Nations Unies.

En plus de diriger le Groupe de travail et de participer aux poursuites contre le projet de loi 96, Andrew est chroniqueur pour le Hill Times d'Ottawa.

invité fréquent à l'émission Big 5 de CJAD 800 et conseiller municipal du village historique québécois de Kamouraska.

Andrew est toujours prêt à discuter amicalement d'histoire et de politique, fier des racines écossaises et barbadiennes de sa famille ainsi que de sa maison ancestrale à Kamouraska.

Andrew est titulaire d'un baccalauréat ès arts et d'une maîtrise en journalisme de l'Université Carleton.

bottom of page